Blog d'Auteur

Blog d'Auteur

De Simenon à Agatha Christie, le village comme lieu emblématique d'une enquête policière et du roman à suspense...

La ville.

Là où le fugitif peut se fondre dans la foule anonyme...

Ses quartiers mal famés, la pègre...

Ses tueurs en série...

Elle a vraiment de quoi alimenter en abondance la littérature à suspense et policière !

 

Le village.

Cet havre de paix où tout le monde se connaît...

Ce lieu de tranquilité et de sécurité... 

Mais pourquoi alors tous ces écrivains y font commettre autant de crimes, au point de faire exploser et contredire les statistiques ?

 

Dans son roman, l'Affaire Saint-Fiacre, Georges Simenon a choisi un village imaginaire pour son intrigue, détournant ainsi Maigret de Paris. Son héros retourne là où il a grandi, pour empêcher qu'un meurtre soit commis durant la messe, "le Jour des Morts". A l'église,  Maigret assiste cependant impuissant au décès brutal de la comtesse de Saint-Fiacre. Gagné par une certaine mélancolie de retrouver les lieux chers à son enfance, le fin limier va sonder la psychologie de tous les suspects. Du curé au secrétaire gigolo de la comtesse, en passant par le régisseur et son fils, tout le beau et moins beau monde... y passe, et c'est ça qui est croustillant  ! 

 

Quant à Agatha Christie, c'est son autre illustre personnage, Miss Marple, qui résout des affaires criminelles dans un village, également imaginaire, St Mary Head, situé dans la campagne anglaise. Jane Marple s'appuye sur sa connaissance de la nature humaine pour démasquer le ou la coupable. Une vieille dame qui voit tout, qui sait tout et qui entend tout... An armchair detective, comme disent les anglosaxons.

 

Pour ma part, j'ai choisi un village réel, Scy, celui où j'ai grandi, non loin de la petite ville de Ciney, pour planter le décor de Mercure Rouge. Un peu comme Camilla Läckberg, reine du polar suédois, qui fait évoluer son couple d'enquêteurs sur sa terre natale, à Fjällbacka où vivent 859 âmes...

 

Mais pourquoi avoir opté pour le village au lieu de la ville ? Car, je voulais une atmosphère "cosy", intime. Un endroit où tout le monde pense tout savoir (ou voudrait tout savoir...) sur ses voisins. Un endroit paisible où pour s'occuper, certains passent leur temps à épier par la fenêtre, tandis que d'autres racontent leur vie et celle de leur prochain en s'accoudant au comptoir d'un estaminet... 

Mon "Maigret" local, Rémi Pirson, est trentenaire, à la fois agriculteur et agent de quartier. Qui d'autre dans ce milieu rural pouvait prétendre connaître autant les lieux et ses habitants ? Il se lance dans une enquête complexe après la découverte du corps d'une ingénieure flamande dans un étang, tout en gérant le retour au pays d'une danseuse célèbre, Lydie Van Houten, son amour impossible. Face à ce meurtre, l'équilibre de la petite communauté est rompu. Les rancoeurs, les secrets, plus ou moins inavouables, sont déterrés... Personne n'est épargné, y compris la police locale.

 

Oui, le village possède tout autant que la ville, matière à tisser la trame d'un roman policier.

Je vous laisse découvrir tout cela dans mon dernier roman Mercure Rouge, disponible dès maintenant en cliquant ICI ou sur commande, dans toutes les librairies physiques à partir du 10 MARS.

 

Belle lecture à vous,

Valérie Lieko

blog2bis

 



01/03/2020
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 64 autres membres