Blog d'Auteur

Blog d'Auteur

The Day of The Dead... Halloween

Bonjour à toutes et à tous,

 

Ça y est les vacances d’automne sont là, ou plutôt, devrais-je dire les vacances de la Toussaint ou encore d’Halloween ?

 

Depositphotos_38051125_l-2015.jpg


 

Mais contrairement à ce que l'on pourrait penser, les origines de la fête d’Halloween sont antérieures à la fête chrétienne de la Toussaint.

Et aussi, cette fête païenne à laquelle on reproche actuellement son côté mercantile importé tout droit des États-Unis tire pourtant ses origines du folklore européen et de celui du continent américain.

 

Il faut remonter à l’époque des Celtes et des druides pour retrouver les origines de la fête d’Halloween, notamment en Irlande

Au début de l’automne, les druides célébraient la fête de Samain, leur Nouvel An, et qui durait sept jours.

La période de fête couvrait les trois jours avant le jour de Samain proprement dit et les trois jours suivants celui-ci.

La nuit de Samain est très particulière, elle n’appartient ni à l’année qui se termine ni à celle qui commence.

Une période en dehors du temps...

Une nuit où les hommes pouvaient communiquer avec l’Autre Monde : les démons ou les dieux...

De quoi faire peur, très peur...

Cette fête avait son équivalent chez les Gaulois qui l’appelaient Samonios.

 

Les fêtes druidiques ont disparu d’Irlande au Vè siècle, avec l’arrivée d’une nouvelle religion :

le Christianisme.

 

La fête catholique de la Toussaint tire son origine d’une commémoration de tous les martyrs instituée à Rome en 613 par le pape Boniface IV. Elle était fêtée le 13 mai, pour remplacer la fête des LEMURIA de la Rome antique qui conjurait les spectres malfaisants.

Ce n'est qu'au IXe siècle que la fête fut étendue à « tous les saints » par le pape Grégoire IV et décalée au 1er novembre. Plus tard, le 2 novembre devint le jour de la commémoration des défunts.

Les historiens considèrent généralement que la date du premier novembre a été choisie pour christianiser la fête de Samain. 

 

Mais pourquoi pense-t-on à tort en France qu’il s’agit d’une fête purement américaine ?

 

À la suite de la Grande Famine de 1845 en Irlande, plus de 2 millions d’Irlandais s’installèrent aux États-Unis et apportèrent leurs pratiques et coutumes.

 

Jack-o'-lantern est probablement le personnage le plus populaire associé à Halloween. Il provient d’un vieux conte irlandais. Jack aurait été un avare, un personnage ivrogne, méchant et égocentrique. Un soir, alors qu’il était dans une taverne, le diable lui apparut et lui réclama son âme. Jack demande au diable de lui offrir à boire, un dernier verre avant de partir pour l’enfer. Le diable accepte et se transforme en pièce de six pence. Jack la saisit et la place immédiatement dans sa bourse. Cette dernière ayant une serrure en forme de croix, le diable ne peut s’en échapper. Finalement, Jack accepta de libérer le diable, à condition que ce dernier lui accorde dix ans de plus à vivre. Dix ans plus tard, Jack fit une autre farce au Diable, le laissant en haut d’un arbre (sur lequel il avait gravé une croix grâce à son couteau) avec la promesse qu’il ne le poursuivrait plus.

Lorsque Jack meurt, l’entrée au paradis lui est refusée, et le diable refuse également de le laisser entrer en enfer. Jack réussit néanmoins à convaincre le diable de lui donner un morceau de charbon ardent afin d’éclairer son chemin dans le noir. Il place le charbon dans un navet creusé en guise de lanterne et est condamné à errer sans but, jusqu’au jour du jugement dernier. Il est alors nommé Jack of the Lantern (Jack à la lanterne, en français), ou Jack-o'— lantern. Il réapparaît chaque année, le jour de sa mort, à Halloween.

 

 
Une jack-o'— lantern traditionnelle (navet) irlandaise du début du XXe siècle exposée au Museum of Country Life (en).

À l’origine, le symbole d’Halloween était donc un navet contenant une bougie pour commémorer la légende de « Jack à la lanterne ».

Le navet fut progressivement remplacé par une citrouille en Amérique du Nord, car plus large et plus facile à sculpter.

Depositphotos_7006684_m-2015.jpg

 

De nos jours, Halloween est la fête où sorcières, vampires, zombis, chauve-souris... se côtoient gentiment pour aller réclamer quelques bonbons dans les chaumières de bonne volonté.

 

Halloween, n’est-ce pas également l’occasion de lire un bon thriller ?

 

Un conseil de lecture en cliquant ici : « Souviens-toi Rose »

Un thriller écrit par une auteure indépendante, Isabelle Rozenn-Mari, best-seller en 2015 et prix Amazon, frissons garantis :

 

À huit ans, Rose a dû laisser la France derrière elle pour suivre son oncle à New York, après le décès accidentel de ses parents.
Mais à 26 ans, alors qu’elle n’a plus aucun souvenir de son enfance, son passé ressurgit brutalement lorsqu’elle hérite de la demeure familiale.
Tandis qu’elle prend possession de la maison, Rose va peu à peu découvrir que son oncle lui a menti sur les raisons de son départ précipité.
Et si elle n’avait pas été enlevée à son environnement par hasard ?
Alex, son ami d’enfance – qui ne la laisse pas indifférente – pourra-t-il l’aider à découvrir la vérité ?
Quel dangereux secret Rose a-t-elle enfoui au plus profond de sa mémoire et qui peuple ses nuits de cauchemars ?
Et cette maison qui la met si mal à l’aise : est-elle hantée comme les âmes bien pensantes de la ville semblent le penser ?
Le meurtre d’un homme dans sa maison ne laisse plus le choix à Rose.
Elle doit découvrir la vérité.
Et se souvenir… quitte à sombrer dans la folie…

 

 

À très bientôt,

Valérie Lieko

twitter @ValerieLieko

 

Depositphotos_123788442_s-2015.jpg

 

 

 

 



22/10/2016
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres